Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le nouveau procureur général de la Confédération Michael Lauber, qui entrera en fonction début janvier 2012, a dévoilé dans la presse dominicale ses intentions. Il entend s'engager pour une meilleure collaboration et davantage de flexibilité.

Il s'agira notamment de viser une coopération plus étroite avec les cantons et la police judiciaire fédérale. Le procureur, élu par l'Assemblée fédérale mercredi dernier, souhaite aussi améliorer les liens des autorités suisses au niveau international, a-t-il dit à la "SonntagsZeitung".

Il veut également être soumis à un "contrôle de sécurité" afin de donner les garanties de son intégrité. "Je suis d'accord d'être contrôlé et n'ai rien à cacher". J'aimerais régler ce point aussi vite que possible", a indiqué le haut magistrat.

Dans une interview au "Sonntag", il rejette les critiques selon lesquelles il serait trop proche des milieux bancaires, en tant qu'ancien surveillant des marchés financiers du Liechtenstein. "Je n'ai jamais travaillé pour une banque", précise-t-il.

"C'est plutôt une bonne chose pour un procureur général de bien connaître les rouages du secteur financier", estime M. Lauber. La lutte contre le blanchiment d'argent est une tâche importante du Ministère public de la Confédération. A l'interne, sa tâche première consistera à rétablir la confiance. Pour cela, il faut instaurer une communication claire.

ATS