Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les réfugiés doivent pouvoir accéder aux offres de soins dans les pays qui les accueillent, ont affirmé vendredi à Vienne les ministres de la santé des pays germanophones, dont la Suisse. Ces cinq responsables ont convenu d'échanger leurs expériences dans ce domaine.

Hôte de cette réunion de deux jours, la ministre autrichienne Sabine Oberhauser a évoqué la possibilité de recourir aux services de médecins étrangers dans le domaine de l'asile, même si les diplômes de ces praticiens n'ont pas encore été officiellement reconnus.

Ces médecins pourraient jouer le rôle de "traducteurs spécialisés, et un peu plus", a déclaré la responsable sociale-démocrate, citée par l'agence autrichienne APA. Nombre de requérants sont traumatisés et il est important qu'ils aient des interlocuteurs qui leur parlent dans leur langue maternelle, a-t-elle ajouté.

Mme Oberhauser a cité l'exemple de l'Allemagne qui emploie déjà des médecins syriens dans les centres de réfugiés. Son homologue allemand Hermann Gröhe a toutefois précisé que les médecins qui travaillent au contact des requérants sont surtout dûment reconnus. Les autres s'occupent essentiellement de tâches "non-médicales" comme la prévention ou le conseil, a-t-il expliqué.

Rougeole et prix des médicaments

Le conseiller fédéral Alain Berset et ses homologues autrichien, allemand, luxembourgeois et liechtensteinois ont aussi évoqué les récentes flambées de rougeole et les stratégies de vaccination contre cette maladie. "Du point de vue médical, l'Europe est en mesure d'éradiquer la rougeole de son territoire", a indiqué le Département fédéral de l'intérieur (DFI) dans un communiqué.

Le "quintette de la santé" a aussi discuté de la meilleure façon possible d'assurer la disponibilité des médicaments destinés aux patients. Il a souligné la nécessité de garantir le financement à long terme du système de santé et appelé à trouver de "nouvelles approches" en matière de fixation des prix des médicaments.

ATS