Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les parents du garçonnet avaient toujours gardé l'espoir de le retrouver vivant.

KEYSTONE/AP Star Tribune/JERRY HOLT

(sda-ats)

Un Américain a admis publiquement mardi l'agression suivie du meurtre d'un enfant de onze ans en 1989. L'affaire avait choqué les Etats-Unis et suscité une prise de conscience nationale vis-à-vis des "prédateurs sexuels".

Le garçon avait été enlevé le 22 octobre 1989 par un homme masqué et armé alors qu'il roulait à bicyclette à proximité de son domicile dans l'Etat du Minnesota.

Cette disparition avait traumatisé des milliers de foyers américains, bien au-delà des frontières du Minnesota, et poussé de nombreux Etats ainsi que le Congrès à Washington à adopter dans les années 1990 des lois protégeant l'enfance et coordonnant davantage la lutte contre les délinquants sexuels.

Mais l'enquête pourtant dotée de gros moyens et très médiatisée s'était enlisée, avant de rebondir l'an dernier avec l'arrestation d'un homme, pour possession d'images pédophiles.

Violenté et tué

L'ADN du suspect, âgé de 53 ans, s'est par la suite révélé être le même que sur un échantillon prélevé sur un habit que portait un autre enfant, lui âgé de 12 ans, qui avait été victime d'une agression sexuelle neuf mois plus tôt.

Mardi devant un tribunal du Minnesota, le suspect a reconnu avoir enlevé, violenté et tué le garçonnet, dans le cadre d'une procédure de plaider coupable lui permettant d'échapper aux poursuites pour ces faits. Seule demeure l'inculpation pour détention d'images pédophiles. Il encourt tout de même 20 ans de prison.

Les aveux négociés ont permis aux enquêteurs de retrouver la semaine dernière le corps de la victime, enterré dans un champ, presque 27 ans après sa disparition.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS