Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le modéré Mitt Romney a remporté mardi les primaires républicaines organisées dans l'Arizona et le Michigan, ont annoncé les médias américains. Ce doublé lui permet de se replacer dans la course à l'investiture après les récents succès de son rival, l'ultraconservateur Rick Santorum.

Après le dépouillement de 88% des bulletins de vote, M. Romney recueillait 41% des voix devant l'ex-sénateur de Pennsylvanie Rick Santorum (38%), indique ainsi CNN. Les deux autres candidats, l'isolationniste Ron Paul (12%) et l'ancien président de la Chambre des représentants Newt Gingrich (7%), sont largement distancés.

Dans l'Arizona, la victoire de l'ex-gouverneur du Massachussetts a été encore plus claire: il a obtenu 48% des suffrages, loin devant MM. Santorum (26%), Gingrich (16%) et Paul (8%), selon des résultats encore provisoires publiés par CNN.

Travail de fond

"Pas plus tard qu'il y a une semaine, experts et sondeurs ne nous donnaient plus aucune chance. Mais j'ai continué à rencontrer mères, pères, étudiants et grands-parents (...) et ce soir leurs efforts ont donné une grande victoire à notre campagne dans ces deux Etats", a déclaré Mitt Romney à ses partisans, avant de peindre un bilan dramatique de la présidence Obama.

Avec sa victoire dans l'Arizona, M. Romney a désormais remporté six Etats contre quatre à M. Santorum et un seul à M. Gingrich. Mieux organisé et financé que ses rivaux, il est largement en tête dans la course aux délégués nécessaires pour l'emporter. La route est toutefois encore longue jusqu'à la convention nationale du parti fin août.

M. Gingrich, autre candidat ultraconservateur aux positions populistes, n'a cependant pas dit son dernier mot, préservant ses forces et ses fonds de campagne pour la dizaine d'Etats qui seront en jeu le 6 mars à l'occasion du "Super mardi".

Barack Obama, lui, a affiché mardi une confiance sans faille en affirmant qu'il lui restait encore "cinq ans" au pouvoir, écartant ainsi toute possibilité de défaite face à un républicain.

ATS