Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les Premiers ministres indien Narendra Modi et israélien Benjamin Netanyahu se sont mis d'accord pour faire beaucoup plus pour protéger leurs intérêts stratégiques, et coopérer dans la lutte contre la radicalisation montante et le terrorisme, y compris dans le cyberespace.

KEYSTONE/AP/SEBASTIAN SCHEINER

(sda-ats)

Les Premiers ministres indien Narendra Modi et israélien Benjamin Netanyahu ont affiché leur volonté d'élargir leur coopération, jusque-là fondée principalement sur des contrats d'armement. Le chef du gouvernement indien effectuait sa première visite en Israël.

Les deux dirigeants ont présenté mercredi une série d'accords bilatéraux de coopération dans le domaine de la technologie spatiale, de l'eau et de l'agriculture. Ils ont fait part de la création d'un fonds d'innovation doté de 40 millions de dollars (38,27 millions de francs).

Ces accords s'inscrivent dans le cadre des efforts déployés pour élargir les relations entre les deux pays à des domaines civils. Actuellement, Israël vend surtout du matériel militaire évalué à environ un milliard de dollars par an à l'Inde.

Paix et stabilité

Des responsables des deux pays seront chargés d'élaborer des plans pour renforcer la coopération dans divers domaines d'ici la fin de l'année, a indiqué M. Netanyahu à l'issue de sa rencontre avec M. Modi à Jérusalem. "Notre coopération peut aider la cause de la paix et de la stabilité", a de son côté souligné le Premier ministre indien.

Les deux dirigeants "se sont mis d'accord pour faire beaucoup plus pour protéger (leurs) intérêts stratégiques et coopérer dans la lutte contre la radicalisation montante et le terrorisme, y compris dans le cyberespace", a-t-il ajouté.

"Nous devons résolument nous opposer au mal que représentent le terrorisme et la violence, les plaies de notre époque", avait affirmé M. Modi mardi à son arrivée en Israël.

Nouveaux alliés

La visite de trois jours de Narendra Modi marque le 25e anniversaire de l'établissement de relations diplomatiques entre les deux pays. Elle intervient alors qu'Israël est à la recherche d'alliés au sein des institutions de l'ONU et de nouveaux partenaires commerciaux.

L'Inde est engagée dans un programme d'investissements doté de plusieurs milliards de dollars de crédits pour moderniser ses équipements militaires face au Pakistan et à la Chine, ses principaux rivaux régionaux. Elle est devenue le principal importateur d'armement au monde et Israël est un de ses principaux fournisseurs.

Depuis l'arrivée au pouvoir en 2014 du Bharatiya Janata Party (BJP), la formation nationaliste hindoue de M. Modi, plusieurs gros contrats ont été conclus.

Entre Palestine et Israël

Narendra Modi ne rencontrera pas de dirigeants palestiniens à l'occasion de sa visite en Israël. Il s'était entretenu avec le président de l'autorité palestinienne Mahmoud Abbas à New Delhi en mai.

L'Inde a traditionnellement exprimé son soutien à la création d'un Etat palestinien et refusé longtemps d'établir des relations diplomatiques avec Israël. La poursuite de l'occupation israélienne et l'échec des efforts de paix avec les Palestiniens ont entravé les tentatives d'Israël de renforcer ses relations avec certains pays.

Mais un dégel est survenu avec l'Inde ces dernières années. New Delhi souhaite des liens plus étroits en matière de défense avec Israël au détriment de la Russie, son allié et fournisseur traditionnel. M. Modi espère pouvoir attirer de plus en plus d'investissements étrangers en Inde, pays qui connaît une croissance des plus rapides au monde.

ATS