Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les oiseaux d'eau sont moins nombreux cette année sur le lac de Neuchâtel, selon le recensement du 15 novembre. Les effectifs ont atteint 68'000 individus, mouettes et hérons compris. Sur le lac de Morat, les effectifs étaient à nouveau très faibles.

Les canards plongeurs végétariens dominent, mais la tendance est moins marquée que lors des automnes précédents, indique mardi le communiqué de la Grande Cariçaie. Ceux-ci ne constituent que 45% des oiseaux recensés, contre 60% en novembre 2014. Le fuligule milouin, l'espèce la plus abondante en 2014, ne compte que 15'000 individus cette année. Et c'est la nette rousse qui reprend le flambeau avec 16'000 volatiles.

Les effectifs de canards de surface sont contrastés. Ceux de la sarcelle d'hiver sont au-dessous de la moyenne quinquennale, mais ceux du Canard chipeau est au-dessus de celle-ci. Quand au Canard souchet, il enregistre un record d'individus. Ce bel oiseau au grand bec spatulé qui passe normalement l'hiver plus au Sud semble avoir tardé à émigrer en raison du climat jusqu'ici clément.

Parmi les piscivores, le grèbe huppé se situe également sous la moyenne. Mais une partie de ces oiseaux "ont sans doute échappé aux comptages, en raison des vagues", note la Grande Cariçaie.

A peine plus de la moitié des oiseaux du lac (53%) séjournait dans les refuges lacustres de la Rive sud. La Rive nord en accueillait 15% seulement, dont un peu plus de 10% pour l’ensemble des rives neuchâteloises (7’300 oiseaux).

Sur le lac de Morat, les effectifs étaient à nouveau très faibles par rapport à la moyenne quinquennale. Ce sont les plus bas depuis près de 20 ans, précise le communiqué.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.








Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS