Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Comme les auberges de jeunesse, les campings suisses ont été moins fréquentés en 2011, année marquée par un été maussade et le franc fort. Ils ont enregistré 3,1 millions de nuitées, soit une baisse de 6,8%. Le Valais (-14%), les Grisons (-14%) et le Tessin (-11%) sont les cantons les plus touchés.

Malgré cette diminution, le Tessin reste la région touristique qui a attiré l'an dernier le plus de visiteurs sur ses terrains de camping, avec 817'000 nuitées. Ce canton se situe devant le Valais (450'000) et l'Oberland bernois (361'000), indique vendredi l'Office fédéral de la statistique (OFS).

Les régions fribourgeoise et zurichoise ont connu un recul du nombre de nuitées de 6,4% par rapport à 2010, légèrement au-dessus de la moyenne nationale. Celles de Bâle (-5,2%) et de Berne (-4,3%) sont également touchées.

Seule la zone de Lucerne et du Lac des Quatre-cantons tire son épingle du jeu, avec une hausse de 5,2%. La région lémanique et celle du Jura et des Trois-lacs se stabilisent.

Succès auprès des Australiens

La demande étrangère a fortement contribué à ce recul: avec 1,3 millions de nuitées dans les 420 campings helvétiques, elle a diminué de 12%. Du côté des hôtes suisses, la baisse est de 2,3%, à 1,7 millions.

Les auberges de jeunesse ont connu une baisse de fréquentation moins marquée. Les chiffres définitifs de l'OFS confirment le recul de 3,6% des nuitées rapporté en janvier par la branche. Avec 529'000 nuitées, la demande indigène a diminué de 2,8% par rapport à 2010, alors que le nombre d'hôtes étrangers a baissé de 4,7% (376'000).

ATS