Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La Suisse compte toujours moins de paysans, mais toujours plus de tracteurs. Le nombre d'exploitations agricoles est passé nettement sous la barre des 60'000 l'an dernier. Malgré cela, 3000 nouveaux tracteurs ont été admis à la circulation routière, selon l'Office fédéral de la statistique (OFS).

En tout, près de 134'000 tracteurs circulent dans les campagnes helvétiques, soit près de 10% de plus qu'il y a 15 ans. Dans le même temps, presque un quart des exploitations a disparu.

Une raison de l'augmentation du parc d'engins est la mécanisation croissante de l'agriculture, a expliqué vendredi à l'ats Sandra Helfenstein, porte-parole de l'Union suisse des paysans (USP), revenant sur des informations parues dans la "BauernZeitung". Dans les faits, la statistique de l'OFS montre que dans les fermes, toujours moins de main-d'oeuvre effectue toujours plus de travaux.

Pas de tracteurs d'occasion

De plus, les différentes machines agricoles nécessitent divers véhicules de traction, poursuit Mme Helfenstein. Enfin, l'absence d'un marché d'occasion pour les tracteurs conduit à de véritables "collections" dans les fermes: comme un vieux tracteur ne peut se vendre, il continue d'être utilisé pour l'une ou l'autre tâche. C'est pourquoi on trouve beaucoup de vieux tacots dans les granges.

Autre raison, le cours de l'euro, qui a entraîné un boom supplémentaire ces dernières années. La concurrence est grande en Suisse, a relevé Jürg Minger, président de l'Association suisse de la machine agricole. Les fournisseurs ont été contraints d'adapter leurs prix à la baisse du cours de l'euro.

"Les tracteurs sont devenus 20 à 25% meilleur marché. Plus d'un agriculteur en a profité", a précisé M. Minger. Selon lui, cette tendance se poursuivra encore cette année: avant l'introduction de prescriptions plus sévères sur les émissions de gaz d'échappement, près de 3000 tracteurs supplémentaires devraient encore trouver acheteur.

ATS