Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Patrick Küng 1er, Beat Feuz 3e. Les Suisses ont frappé fort, très fort lors de la descente des championnats du monde de Beaver Creek !

Classés parmi les sérieux outsiders, le Glaronais et le Bernois sont parvenus à se sublimer pour la course la plus importante de l'hiver. Pour offrir ainsi à la Suisse deux médailles qui resteront dans les annales. Il s'agit du meilleur résultat helvétique dans une descente aux Mondiaux depuis 1991, lorsque Franz Heinzer et Daniel Mahrer avaient aussi glané l'or et le bronze.

Encore jamais médaillé dans un rendez-vous majeur, Patrick Küng a réussi LA course de sa vie sur la piste "Birds of Prey" (Oiseaux de proie) avec laquelle, décidément, il entretient une relation particulière. Vainqueur en 2013 de sa première Coupe du monde à Beaver Creek, il y était revenu en décembre dernier en se faisant une grosse frayeur sur un saut. Déséquilibré en l'air, il s'était récupéré de justesse, évitant une chute qui aurait pu lui valoir une grave blessure et, du coup, un forfait pour les Mondiaux...

De quoi échauder Patrick Küng au moment de revenir sur cette redoutable "Birds of Prey" ? Pas le moins du monde. Samedi soir, le Glaronais a pris tous les risques et effectué une démonstration de haut en bas, qui lui a permis de devancer de 24 centièmes l'Américain Travis Ganong et de 31 centièmes Beat Feuz.

On rappellera aussi que Patrick Küng avait dû passer par des qualifications internes pour décrocher sa place de départ. Exactement comme Didier Défago et Dominique Gisin lorsqu'ils avaient gagné l'or olympique, respectivement à Vancouver et Sotchi.

A l'inverse de Patrick Küng, Beat Feuz a commis quelques approximations dans la partie médiane, qui lui ont sans doute coûté le titre. Le skieur de l'Emmental s'est largement consolé en empochant une médaille de bronze mille fois méritée. Victime d'une grave infection au genou gauche à l'automne 2012, il était donné quasiment perdu pour le ski alpin de haut niveau. Mais à force de s'accrocher, il a réussi à revenir à un excellent niveau et à rafler cette médaille, qu'il a fêtée dans l'aire d'arrivée d'un lancer de ski "à la Didier Cuche".

Didier Défago aurait pu, lui aussi, se mêler au triomphe helvétique. Dans les temps de ses coéquipiers jusqu'à la mi-course, le Valaisan s'est raté sur une courbe, échouant finalement au 11e rang. Quatrième Suisse en lice, Carlo Janka s'est classé 9e.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS