Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Monsieur Prix exige plus de transparence dans les hausses de prix

Berne - Le Surveillant des prix exige davantage de transparence dans les processus conduisant à fixer des hausses de tarif dans les transports publics. Stefan Meierhans n'en défend pas néanmoins la dernière augmentation moyenne de 5,9% survenue le 12 décembre.
Celle-ci constituait une décision politique de répercuter désormais une partie des coûts d'infrastructures sur les usagers, a rappelé Stefan Meierhans dans une interview parue dimanche dans l'hebdomadaire alémanique "Sonntag". Reste qu'il tient pour problématique les hausses de prix dans le domaine.
Changement de paradigmeDes années durant, l'Etat a mis à disposition l'infrastructure de transports publics, laissant aux clients le soin de financer l'exploitation. Dorénavant, il demande à ces mêmes usagers de participer au financement des infrastructures.
Le Surveillant des prix doute par ailleurs que le rail soit avantagé par rapport à la route. Il existe en Suisse quelque 50'000 km de routes communales, dont la construction et l'entretien sont financés par l'impôt. "Mettre à disposition des voies de communication demeure une tâche de l'Etat", résume-t-il.
Pas un magicienD'où son appel à davantage de transparence. Selon Stefan Meierhans, le rôle du Surveillant des prix ne s'assimile pas à une sorte de magicien qui pourrait à son gré faire "disparaître" des augmentations de prix.
En août dernier, Stefan Meierhans avait négocié un compromis avec l'Union des transports publics (UTP). L'accord avait permis de limiter à 5,9% en moyenne la hausse des tarifs dès le 12 décembre, au lieu des 6,4% prévus dans un premier temps.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Sondage Suisses de l'étranger

Sondage: clavier et main close up

Suisses de l’étranger, donnez-nous votre avis

Meinungsumfrage

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.