Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les coûts pour le justificatif d'abstinence sont à charge de l'intéressé et tournent autour des 560 francs (image symbolique).

KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT

(sda-ats)

Reprendre le volant après avoir été pincé pour conduite en état d'ivresse peut coûter cher. Les tests d'abstinence, obligatoires pour les cas les plus graves, sont dispendieux, dévoile le Surveillant des prix.

L'obligation de prouver sa capacité à conduire pour les conducteurs ayant des problèmes supposés d'alcoolisme au volant date du 1er juillet 2014. Les tests comportent entre autres des analyses capillaires et ne peuvent être réalisés que dans l'un des sept instituts médico-légaux de la Suisse.

Les coûts pour le justificatif d'abstinence sont à charge de l'intéressé et tournent autour des 560 francs. Pour une durée de deux ans, ils s'élèvent à 2270 francs par personne, selon les calculs du Surveillant des prix publiés jeudi.

L'émolument n'est pas très différent d'un prestataire à l'autre. Le contrôle le meilleur marché peut être effectué à l'institut médico-légal de l'université de St-Gall pour 500 francs, alors qu'il faudra débourser 650 francs à celui de l'université de Bâle. Les prix des analyses capillaires seules oscillent elles entre 200 francs (Lausanne et Genève) et 275 francs (Berne).

Théoriquement, les personnes concernées peuvent choisir où elles veulent réaliser leur contrôle, selon le Surveillant des prix. Le potentiel d'économies n'est cependant pas grand. En comparaison, les laboratoires allemands exigent parfois moins de 100 euros pour une analyse capillaire.

ATS