Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Environ 90 personnes ont été arrêtées à Montréal lors d'une nouvelle manifestation visant à dénoncer la décision du gouvernement d'augmenter les droits de scolarité. La police a commencé à disperser les manifestants puis a déclaré illégal ce rassemblement.

Plusieurs centaines de personnes se sont réunies aux alentours du Palais des Congrès qui accueille cette fin de semaine un forum stratégique sur le développement minier du Grand Nord québécois, projet phare du Premier ministre québécois Jean Charest.

Selon un porte-parole de la police de Montréal, 90 personnes ont été arrêtées samedi. Une grande manifestation "pour un printemps québécois", regroupant entre autres des écologistes, des étudiants et des opposants au Plan Nord du gouvernement, est prévue ce dimanche.

Depuis la mi-février, les étudiants dénoncent la décision du gouvernement de Jean Charest d'augmenter les droits de scolarité de 325 dollars par an pendant cinq ans à compter de cet automne, soit une hausse totale de 1625 dollars.

Une quinzaine de personnalités de divers horizons, inquiètes de la situation, ont demandé samedi au gouvernement de dénouer la crise. Le Québec vit le plus important mouvement de contestation estudiantin de l'histoire de la province francophone. Vendredi, de violents affrontements ont éclaté entre manifestants et policiers près du Palais des Congrès de Montréal.

ATS