Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La banque d'affaires américaine Morgan Stanley a surpris Wall Street lundi en publiant des revenus meilleurs que prévu dans le courtage au premier trimestre, ce qui lui a permis de dépasser les attentes malgré les craintes sur le ralentissement de l'économie chinoise.

Le bénéfice net trimestriel a certes plongé de 54,4% à 1,06 milliard de dollars (1,02 milliard de francs) mais rapporté par action et hors éléments exceptionnels, il est de 55 cents contre 46 cents attendus par les analystes. Le plongeon des prix du pétrole et le ralentissement économique en Chine ont secoué les marchés financiers lors des trois premiers mois de l'année.

A ces inquiétudes s'est ajoutée l'introduction de taux négatifs par six banques centrales, dont la BCE en Europe. Conséquence: les analystes redoutaient un trimestre noir pour les activités spéculatives des grandes banques et notamment des banques d'affaires dont le courtage est la locomotive des profits.

Dans l'ensemble, le chiffre d'affaires de Morgan Stanley a reculé de 21,4% à 7,8 milliards de dollars, quasiment conforme aux attentes qui étaient de 7,87 milliards. Si les recettes du courtage ont diminué de 34% à 2,69 milliards de dollars, c'est néanmoins moins que prévu (2,65 milliards).

Clients atones

Le très lucratif trading des obligations, des taux, des matières premières et des devises (Fixed Income) a généré des revenus trimestriels de 873 millions de dollars (-54% sur un an) contre 742 millions attendus seulement par les marchés, a indiqué Morgan Stanley.

Les revenus du courtage des actions et des émissions des titres se sont établis à 2,1 milliards de dollars (-8,7%) contre 1,9 milliard espéré en moyenne. "Le premier trimestre a été marqué par des conditions de marché difficiles et une activité atone des clients", a résumé le PDG, James Gorman, cité dans le communiqué.

ATS