Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le chef de la commission d'enquête palestinienne sur la mort de Yasser Arafat a approuvé mercredi la venue de juges d'instruction français. Ils seront chargés de l'enquête sur la mort du dirigeant historique palestinien à Ramallah, où il est inhumé. Le CHUV n'a pas été contacté par la justice française.

Les juges français enquêtent sur la thèse d'un possible empoisonnement après la découverte de polonium sur des effets personnels du défunt président palestinien. Ils ont demandé à se rendre à Ramallah, pour y procéder à des prélèvements, a annoncé dans un communiqué, Souha Arafat, sa veuve.

CHUV pas contacté

Invité par l'Autorité palestinienne à rechercher d'éventuelles traces de polonium, le Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV) n'a pas été contacté par les autorités judiciaires françaises. "Le recours des juges d'instruction français à une police scientifique française est la solution qui semble se dessiner", a estimé le porte-parole du CHUV Darcy Christen.

L'établissement vaudois ne ferme pas la porte. Il pose deux conditions toutefois. "Premièrement, nous devons être présents dès le début des analyses", explique M. Christen. "Venir après coup constitue un non-sens scientifique. Deuxièmement, nous estimons qu'il est inutile d'effectuer des analyses au-delà des mois d'octobre et novembre. La traçabilité du pollonium diminue de moitié tous les 138 jours", précise le porte-parole du CHUV.

Thèse d'un empoisonnement

Fin juillet, Mme Arafat avait déposé plainte contre X pour "assassinat" à Nanterre en France. Cette plainte doit permettre "d'établir la vérité en mémoire de leur mari et père", ont écrit Mme Arafat et sa fille.

Une information judiciaire a été ouverte fin août et confiée à trois juges d'instruction de Nanterre. La thèse d'un empoisonnement du dirigeant palestinien a retrouvé du crédit après la diffusion en juillet d'un documentaire d'Al-Jazeera.

La chaîne arabe a fait analyser des échantillons biologiques prélevés sur les effets personnels d'Arafat par l'Institut de Lausanne. Une "quantité anormale de polonium", substance radioactive hautement toxique, a été découverte.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS