Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'ancien président de la République fédérale allemande Richard von Weizsäcker est mort à l'âge de 94 ans, a annoncé samedi la présidence allemande. Il était considéré comme l'une des grandes figures morales de l'Allemagne d'après-guerre.

M. Weizsäcker, membre de l'Union chrétienne-démocrate (CDU) de la chancelière Angela Merkel, a joué un rôle majeur dans la manière dont l'Allemagne a géré son passé nazi, en affirmant pour la première fois que le 8 mai 1945 avait été un jour de "libération" et non de capitulation de son pays.

L'ancien responsable politique, président de 1984 à 1994 sous l'ère Helmut Kohl, a été "un témoin de ce siècle", a déclaré le président actuel, Joachim Gauck, cité dans un communiqué. "Nous perdons un grand homme et un chef d'Etat exceptionnel", a-t-il ajouté.

Sens de l'histoire

Fils d'un diplomate condamné au procès des responsables nazis de Nuremberg, Richard von Weizsäcker avait oeuvré pour que les Allemands assument leur passé. Il a donné à la fonction présidentielle, essentiellement honorifique, une dimension morale importante.

En 1985, pour le 40e anniversaire de la défaite du IIIe Reich, il affirme devant les députés du Bundestag que le 8 mai 1945 a marqué "la libération du système qui méprise la dignité humaine" mis en place depuis 1933 par le régime nazi. Une partie de la droite allemande considérait que ce jour marquait la défaite du pays.

M. Weizsäcker, avocat de formation, a aussi été maire de Berlin-Ouest de 1981 à 1984. C'est sous sa présidence que le Mur de Berlin est tombé, le 9 novembre 1989, avant la Réunification des deux Allemagne le 3 octobre 1990.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS