Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les opposants à Vladimir Poutine se sont mobilisés en masse mardi à Moscou, malgré des perquisitions des leaders du mouvement menées la veille. Selon l'opposition, entre 70'000 et 100'000 personnes ont bravé le durcissement du pouvoir. La police parle elle de 15'000 participants.

Le rassemblement s'est terminé "sans incident", a-t-elle précisé. Plus de 12'000 membres des forces de l'ordre, policiers, unités anti-émeutes et troupes du ministère de l'Intérieur, étaient mobilisés. Les banderoles ont repris le leitmotiv des manifestations depuis décembre, au moment des législatives: "La Russie sans Poutine".

La manifestation avait finalement été autorisée par les autorités après de longues négociations. Ce grand rassemblement était le premier depuis l'investiture le 7 mai dernier de Vladimir Poutine pour un troisième mandat de président après ceux de 2000-2008 et un intermède de quatre ans comme premier ministre.

Inacceptable pour le Kremlin

A Saint-Pétersbourg, entre 5000 et 6000 personnes ont également traversé la ville en scandant "La Russie sans Poutine".

Devant l'élite politique du pays réunie au Kremlin pour célébrer la fête nationale, Vladimir Poutine a lancé un nouvel avertissement. "Tout ce qui affaiblit le pays et désunit la société est inacceptable pour nous", a-t-il dit. "Toute notre mémoire politique nationale le prouve", a-t-il ajouté.

"Pour un immense pays multi-ethnique comme la Russie, le principe fondamental est un développement progressif et évolutif", a-t-il poursuivi.

"Troubles massifs à l'ordre public"

Cette marche intervient aussi après des mesures interprétées par plusieurs observateurs comme un signe de durcissement du régime. Des perquisitions ont eu lieu lundi et mardi au domicile de leaders et membres de l'opposition.

Le comité d'enquête a motivé ces opérations par une enquête en cours sur des "troubles massifs à l'ordre public" lors de la manifestation du 6 mai à Moscou, veille de l'investiture M. Poutine. Des heurts avaient fait alors plusieurs blessés parmi les participants et les policiers.

ATS