Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Moscou - Usines arrêtées, récoltes perdues, noyades par centaines, habitants indisposés par la fumée de tourbières en feu, la Russie est écrasée par la canicule. Cette chaleur sans précédent et qui menace d'empirer dure depuis trois semaines.
La journée a vu tomber un record absolu de température. Avec 37,2 degrés à l'ombre à Moscou, ville aux immenses étendues d'asphalte brûlant et aux embouteillages terribles, la capitale a connu la température la plus élevée enregistrée depuis l'ouverture des registres, il y a 160 ans.
Le précédent record datait de juillet 1920, avec 36,8 degrés Celsius. Les services météorologiques ont prévu que les températures augmenteraient encore dans les jours à venir, pour s'approcher des 40 degrés jeudi, avant de redescendre à la fin de la semaine.
Les Moscovites se sont réveillés dans une atmosphère irrespirable, chargée de la fumée ocre des feux de tourbières qui font rage dans la région. Les gratte-ciels staliniens de la capitale étaient à peine visibles aux premières heures du jour, dans cette fumée qui prenait à la gorge les personnes les plus sensibles.
La canicule a augmenté le nombre de morts par noyade en Russie. En deux jours de week-end, 67 personnes de sont noyées dans le pays, ce qui porte à 958 le total depuis le début du mois de juillet.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS