Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Motocyclisme - Marc Marquez reste leader du championnat du monde Moto2 avant le GP des Pays-Bas à Assen. Il n'a finalement pas été sanctionné pour sa conduite en Catalogne.
La Cour Disciplinaire Internationale (CDI) de la Fédération internationale de motocyclisme (FIM) a confirmé le maintien de Marc Marquez à la troisième place du Grand Prix de Catalogne. La décision est à l'opposé de celle de la direction de course, qui avait rétrogradé Marquez pour conduite dangereuse.
Cette décision, prise à Assen en marge du Grand Prix des Pays-Bas, va donc dans le même sens que celle annoncée dimanche 3 juin, au soir de la course de Barcelone par les commissaires de la FIM. A l'issue de l'épreuve, l'Espagnol avait été déclaré troisième mais la direction de course avait jugé qu'il avait effectué une manoeuvre dangereuse provoquant la chute de son compatriote Pol Espargaro à trois tours de la fin.
Une pénalité d'une minute lui avait alors été infligée, ce qui le reléguait en 23e position du Grand Prix et à la 4e place du classement mondial. Un appel de l'écurie sportive de Marquez avait été ensuite interjeté auprès des commissaires de la FIM qui n'avaient pas confirmé la décision et annulé la pénalité.
L'appel interjeté auprès de la cour disciplinaire internationale (CDI) de la FIM par les avocats d'Espargaro a donc été rejeté. Marquez se voit accordé tous les points recueillis par sa place sur le podium, ce qui lui permet, après une nouvelle troisième place au Grand Prix de Grande-Bretagne, de mener le Championnat du monde, avec six points d'avance sur le Suisse Thomas Luthi et Pol Espargaro.
"Ce sont des choses qui arrivent dans la compétition moto, les incidents de ce genre peuvent toujours survenir, c'est inévitable. Il y a des accusations et des indications qui montrent que sa conduite (celle de Marquez) n'est pas toujours correcte, mais dans ce cas particulier, il était clairement devant Espargaro. C'était à lui de choisir la trajectoire et aux pilotes qui le suivaient de la respecter", a expliqué l'avocat représentant la CDI dans un communiqué.

ATS