Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Garbiñe Muguruza (no 14) a conquis samedi son deuxième titre du Grand Chelem, le premier à Wimbledon.

L'Espagnole de 23 ans, déjà titrée sur la terre battue de Roland-Garros l'an dernier, a brisé sans coup férir le rêve de la quintuple lauréate de l'épreuve Venus Williams (no 10). Elle s'est imposée 7-5 6-0 en 77' face à l'Américaine de 37 ans.

Déjà battue en finale du dernier Open d'Australie par sa soeur cadette Serena, Venus Williams a laissé passer sa chance dans une première manche qu'elle a dominée "aux points". La Floridienne s'est ainsi procuré deux balles de set successives à 5-4 15/40 sur le service adverse. Si elle a été poussée à la faute sur sa seconde opportunité, elle regrettera longtemps cette attaque de coup droit décroisé manquée sur sa première occasion.

Car Venus Williams n'a plus existé dans cette finale après ce dixième jeu. Après avoir recollé à 5-5, Garbiñe Muguruza signait le premier break de cette finale dans la foulée pour prendre les devants. Elle n'allait plus lâcher son os, ne perdant même que 12 points dans une deuxième manche à sens unique.

Garbiñe Muguruza s'est effondrée à genoux sur le gazon du Centre court après avoir converti sa deuxième balle de match grâce un "challenge". La balle frappée en coup droit par Venus Williams, jugée bonne par l'arbitre, était en fait tombée au-delà de la ligne de fond de court. "J'ai grandi en voyant Venus jouer. C'est incroyable de pouvoir la battre ici", s'est exclamée la résidente genevoise, qui avait subi la loi de Serena Williams il y a deux ans pour sa première apparition au stade ultime de la compétition à Church Road. "Serena m'avait dit que je remporterais un jour ce trophée. C'est fait", a-t-elle poursuivi.

Garbiñe Muguruza est la deuxième joueuse espagnole à triompher sur le gazon du All England Club après sa capitaine de FedCup Conchita Martinez, lauréate en 1994, qui l'a coachée pendant le tournoi. La native de Caracas au Venezuela avait enrôlé sa glorieuse aînée pour le tournoi en raison de l'absence de son entraîneur attitré, le Français Sam Sumyk, resté auprès de sa compagne enceinte.

Dépossédée le mois dernier d'un titre de Roland-Garros qu'elle avait conquis en battant... Serena Williams en finale, Garbiñe Muguruza confirme avec ce deuxième "Major" qu'elle incarne bel et bien l'avenir du circuit. La grande Espagnole (1m83), qui grimpera à la 5e place mondiale lundi, s'affirme également comme la femme des grands rendez-vous: elle ne compte "que" quatre titres à son palmarès, mais deux sont estampillés "Grand Chelem"!

ATS