Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les résultats des élections municpales tombent au compte-gouttes.

KEYSTONE/AP/SCHALK VAN ZUYDAM

(sda-ats)

Le dépouillement se poursuivait jeudi pour les élections municipales en Afrique du Sud. Les premières tendances confirment une bataille serrée. L'ANC, le parti au pouvoir, pourrait perdre sa majorité dans plusieurs grandes villes au profit de l'opposition.

A Tshwane, la métropole qui englobe la capitale Pretoria, l'Alliance démocratique (DA), la principale formation d'opposition, est en tête avec 46,5% des voix contre 40% pour le Congrès national africain (ANC), après le dépouillement d'un tiers des votes.

"Le simple fait de devoir former une coalition dans la capitale Pretoria serait embarrassant pour l'ANC", estime Daniel Silke, analyste politique indépendant, interrogé par l'AFP.

Confortable majorité au Cap

A Johannesburg, la plus grande ville du pays, seul un cinquième des bulletins ont été dépouillés. La DA est en tête avec 45% des voix, contre 39% pour l'ANC. Enfin à Nelson Mandela Bay, la métropole industrielle qui englobe Port Elizabeth (sud-est), la DA est largement en tête (56%) devant l'ANC (34%), après 50% des bulletins dépouillés. La DA devrait en outre conserver avec une confortable majorité absolue la ville du Cap qu'elle détient depuis 2006.

Ces premières tendances sont à prendre avec prudence, compte tenu du nombre de bulletins qu'il reste à dépouiller. Depuis la clôture des bureaux de vote mercredi soir, les résultats sont transmis au compte-gouttes par la Commission électorale et évolueront tout au long de la journée.

Au niveau national, la suprématie de l'ANC n'est toutefois pas menacée. Après le dépouillement de la moitié des bulletins de vote, le parti au pouvoir reste en tête avec 51,9% des voix (contre 61,9% en 2011) contre 30,2% pour l'Alliance Démocratique (DA) (24% en 2011).

Ramifications nationales

Mais la perte d'une ou plusieurs grandes villes fragiliserait assurément le parti du président Jacob Zuma. "C'est une élection locale aux ramifications nationales", estime Daniel Silke. "La moindre perte de terrain de l'ANC dans les urnes va créer de l'inquiétude au sein du parti", assure-t-il.

Le parti de gauche radicale des Combattants pour la liberté économique (EFF) qui obtient pour l'heure 10% des voix à Tshwane ou Johannesburg pourrait jouer le rôle de faiseur de roi.

Créé en 2013, l'EFF participe à ses premières élections municipales et son leader, le populiste Julius Malema, a déjà laissé entendre qu'il pourrait faire alliance avec d'autres partis pour priver l'ANC du pouvoir.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS