Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Gomez Palacio - Des détenus de la prison de Gomez Palacio, dans le nord du Mexique, se sont mutinés lundi. Ils entendaient ainsi répondre à l'accusation du Parquet fédéral, selon qui des prisonniers sortaient avec la bénédiction de la direction pour commettre des tueries à l'extérieur.
Des dizaines de détenus sont montés lundi sur les toits de l'établissement, tandis qu'une soixantaine de leurs parents et amis manifestaient à l'extérieur, tenus à l'écart par un cordon de policiers et de militaires, ont déclaré les familles des détenus.
Les détenus et leurs proches réclamaient le rétablissement du droit de visite, supprimé dimanche à l'annonce de l'arrestation de la directrice de la prison, accusée d'avoir autorisé un groupe de détenus à sortir la nuit pour jouer les tueurs à gages avec les armes de leurs gardiens. Ils exigent aussi la retour de la directrice et qu'aucun prisonnier ne soit transféré.
Les autorités n'ont donné aucun autre détail sur les détenus suspects de trois tueries qui ont fait 35 morts cette année à Torreon, la ville voisine, dans l'Etat de Coahuila, frontalier des Etats-Unis. La culpabilité d'un cartel de la drogue serait établie, selon les autorités judiciaires.
L'enquête des forces de police avait établi que les douilles retrouvées sur les lieux des tueries correspondaient à "quatre fusils de type AR-15" appartenant à des gardiens de la prison.
La guerre entre cartels du crime organisé et les affrontements avec les forces de sécurité ont fait près de 25.000 morts depuis fin 2006 au Mexique, malgré le déploiement de quelque 50.000 soldats en renfort de la police pour combattre la criminalité.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS