Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le bras de fer s'est poursuivi mardi entre les salariés de la Scop SeaFrance, exploitante de la compagnie maritime MyFerryLink, et le propriétaire de leurs bateaux, Eurotunnel. Les marins ont bloqué pendant deux heures l'accès au tunnel sous la Manche.

Pendant plus de deux heures, vacanciers et routiers sont restés bloqués sur la rocade d'accès au tunnel. Les marins avaient mis le feu à des tas de pneus, qui a dégagé une épaisse fumée noire, avant que l'action ne prenne fin vers 15h00.

"Aujourd'hui c'est bon, on arrête", a asséné le secrétaire général du syndicat maritime nord (SMN), Eric Vercoutre, aux plus de 300 marins présents, selon le SMN. Pour la première fois depuis de longues semaines, la première liaison Calais-Douvres pour la compagnie DFDS a bien eu lieu comme prévu.

L'action des marins a également semé la pagaille dans Calais, où une grosse partie du trafic avait été déviée en centre-ville. Une nouvelle réunion des marins est prévue mercredi alors que la nature du contrat passé entre Eurotunnel et DFDS suscite interrogations et questionnements.

Dans l'expectative

Selon Bruno Landy, président du conseil de surveillance de la Scop, ce nouveau blocage visait à protester contre le refus d'Eurotunnel d'honorer des créances à l'égard de la Scop, à hauteur de 6,2 millions d'euros. Ce blocage rend impossible, selon lui, le versement des salaires en juillet.

Il espère que cette procédure judiciaire puisse aboutir avant jeudi, jour où le tribunal de commerce de Boulogne-sur-mer doit statuer sur la liquidation ou non de la compagnie. "Mais ça risque d'être difficile", admet-il.

Du côté d'Eurotunnel, on renvoie la faute sur les marins. C'est la Scop qui doit de l'argent à Eurotunnel, "en raison des pénalités de non-restitution des navires", a déclaré une porte-parole du groupe.

Les 600 marins de la Scop sont dans l'expectative depuis que le propriétaire des bateaux, Eurotunnel, a annoncé son intention de louer deux des trois navires à leur concurrent DFDS. Celle-ci s'est engagée à acheter les navires à terme, selon Eurotunnel.

ATS