Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Un défi de taille attend les négociateurs à Bangkok et à Katowice: que les pays augmentent leurs engagements de réduction des émissions de gaz à effet de serre (image d'illustration).

KEYSTONE/EPA/FILIP SINGER

(sda-ats)

A trois mois de la COP24, une session intermédiaire de négociations sur le climat s'est ouverte mardi à Bangkok pour donner vie à l'Accord de Paris. Elle a été marquée par une manifestation critiquant la responsabilité des "pays riches", notamment de Washington.

"Nous organisons cette session à Bangkok parce que nous n'avançons pas aussi vite que nous le pourrions", a critiqué le Polonais Michal Kurtyka, président de la COP24 lors de la cérémonie d'ouverture de ces six jours de pourparlers, évoquant les signes de surchauffe de la planète.

"Nous savons tous que le temps nous est compté" et "la crédibilité du processus lui-même est dans la balance", a-t-il ajouté, alors que les délégués doivent avancer sur des règles détaillées d'application de l'Accord de Paris au risque de le voir devenir lettre morte.

Les quelque 190 Etats participants ont jusqu'à la fin de l'année et la 24e Conférence climat de l'ONU en décembre à Katowice (Pologne) pour finaliser les règles de mise en oeuvre du pacte de 2015, qui vise à contenir le réchauffement mondial sous les 2°C, voire 1,5°C, par rapport à l'ère préindustrielle.

Responsabilité des pays riches

Mais les tensions entre pays ont conduit à la paralysie cet été du Fonds vert pour le climat de l'ONU, déjà affecté par l'arrêt de la contribution des Etats-Unis décidé par Donald Trump.

Des militants écologistes ont manifesté mardi matin devant le bâtiment où se tenait la réunion, pour souligner le fait que "les pays riches, au premier rang desquels les Etats-Unis, sont largement responsables" du changement climatique, mais "échappent à leurs responsabilités". L'accord prévoit une aide annuelle de 100 milliards de dollars d'ici à 2020 pour les pays pauvres.

"Nous travaillons contre la montre... Mettons-nous au travail avec le sens de l'urgence exigé par la situation", a insisté de son côté Patricia Espinosa, secrétaire exécutif de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC).

Un défi de taille attend les négociateurs à Bangkok et à Katowice: que les pays augmentent leurs engagements de réduction des émissions de gaz à effet de serre. Les engagements actuels conduiraient à une hausse de la température moyenne mondiale de plus de 3°C par rapport à l'ère préindustrielle. Le thermomètre a augmenté de 1°C jusqu'à présent.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS