Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Katmandou - Les conducteurs d'éléphants de la principale réserve naturelle du Népal se sont mis en grève pour obtenir des hausses de salaire, ont annoncé samedi les autorités qui gèrent ces réserves. Des négociations sont en cours entre les conducteurs et les propriétaires d'éléphants.
Les conducteurs, appelés "mahouts", sont employés par les hôteliers pour emmener les touristes sur la croupe des éléphants à travers le Parc national de Chitwan. Ils peuvent y voir le Tigre royal du Bengale, menacé d'extinction, les rares rhinocéros unicornes et quelques autres espèces rares d'oiseaux ou de mammifères.
Les conducteurs d'éléphants affirment qu'ils jouent un rôle essentiel dans l'industrie touristique du Népal. Ils veulent que leur salaire passe en conséquence de 4600 roupies (62 francs) à 5400 roupies (73 francs).
Les 82 "mahouts" estiment que leur salaire actuel ne leur permet plus de vivre au Népal où l'inflation est de l'ordre de 10% par an. Ils se plaignent de ne pas avoir reçu les hausses de salaire qui leur avaient été promises il y a deux ans.
Près de 200 touristes paient chaque jour 1300 roupies (17 francs) chacun pour faire un tour sur le dos d'un éléphant, selon Shankar Saij, qui représente les hôtels propriétaires d'éléphants. Le Parc national de Chitwan, véritable paradis de la vie sauvage, attire chaque année des milliers de touristes.
Près d'un demi-million de touristes se rendent tous les ans au Népal, venant principalement de l'Inde et de la Chine voisines. Les autorités ont annoncé leur ambition de doubler ce chiffre en 2011.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS