Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) et la Max Planck Gesellschaft (MPG) vont ouvrir un laboratoire commun à Lausanne consacré aux nanosciences et aux technologies moléculaires. Les présidents Patrick Aebischer et Peter Grüss ont signé lundi l'accord de partenariat.

La collaboration entre la Haute Ecole de Lausanne et l'institution allemande, qui est leader en Europe, est "une première suisse", s'est félicité Patrick Aebischer. "Ce n'est pas une pique pour Zurich (Ecole polytechnique fédérale de Zurich), mais c'est intéressant que la MPG ait choisi l'EPFL en Suisse", a-t-il répondu à une question de l'ats.

L'EPFL s'est montrée "plus dynamique" et capable de travailler de manière "moins conventionnelle" que Zurich, n'a pas caché de son côté Peter Grüss. Un autre projet avait été initié avec l'EPFZ, mais n'a finalement "pas abouti", a-t-il ajouté.

1,6 million d'euros

A Lausanne, la collaboration va porter sur la mise en place d'un laboratoire, l'organisation d'écoles d'été et de conférences communes. Elle englobe également le financement de projets et de thèses codirigés par les deux institutions.

Les chercheurs sont déjà à l'oeuvre, mais le laboratoire ouvrira officiellement au début 2013, a précisé Patrick Aebischer. Le programme sera doté de 960'000 euros de budget (1,15 million de francs) pour l'année de lancement. Dès la troisième année, le montant s'élèvera à 1,6 million d'euros, à parts égales entre les deux institutions.

La collaboration sur les bords du Léman doit porter sur deux domaines. En premier, les nanosciences fondamentales, avec l'ambition de mieux comprendre et contrôler le comportement, ainsi que les interactions de la matière. La seconde voie vise les approches bio-nanotechnologiques, qui devraient intéresser particulièrement la pharmacologie.

Humanités digitales

Lausanne accueillera en outre dès 2014 une grande conférence internationale sur les humanités digitales. L'association des organisations en "Digital Humanities" a choisi la candidature conjointe de l'EPFL et de l'Université de Lausanne ce week-end à Hambourg.

"Nous avons gagné face à de nombreuses autres universités", s'est réjoui lundi sur les ondes de la RTS le professeur François Kaplan, nommé vendredi à la tête de la future chaire des humanités digitales de l'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL).

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS