Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Voile - La navigatrice Nathalie Brugger part aux JO de Londres avec de grandes ambitions. La Fribourgeoise compte bien monter sur une des marches du podium, elle qui a déjà décroché un diplôme à Pékin.
"Vous avez la responsabilité de nous ramener du métal." Le Vaudois Vincent Hagin, président de Swiss Sailing, n'y va pas par quatre chemins lorsqu'il évoque les attentes placées dans les six athlètes qui ont rempli les critères de sélection, définis par Swiss Olympic pour les prochains Jeux olympiques de Londres (27 juillet-12 août).
Avec l'expérimenté duo Flavio Marazzi et Enrico De Maria, qui disputera sa troisième olympiade, Nathalie Brugger constitue la meilleure chance de médaille pour la délégation helvétique. A la barre de son Laser Radial, la native d'Estavayer-le-Lac va tenter d'améliorer son sixième rang décroché dans les eaux de Qingdao lors des Jeux olympiques de 2008.
Multiple championne de Suisse et habituée du Top 10 depuis plusieurs années, Brugger semblait prête à régater sur la vague du succès dans la foulée de son excellent résultat pékinois. Las, des performances en dents de scie et une déchirure du mollet contractée au printemps 2011 ont considérablement entravé la bonne marche de sa préparation. Il faut dire qu'en Laser Radial, le physique est fortement mis à contribution et il n'a pas été facile de retrouver une forme optimale. "Cela a pris un peu plus de temps que prévu, mais on peut dire que je suis désormais prête à 100%", tient-elle cependant à rassurer.
Si elle reste sur quelques belles performances, la Staviacoise peine encore à maintenir un bon niveau de constance, comme le montrent ses récents résultats en Coupe du monde. Brillante à Miami (6e) et à Palma de Majorque (9e), elle n'a fait que 18e à Hyères avant de terminer à la 22e place aux championnats du monde de Boltenhagen (All).
La semaine passée, sur le futur site olympique de Weymouth, au sud de l'Angleterre, certaines de ses manches ont été aussi brillantes que d'autres "catastrophiques", selon ses propres termes. "C'est un peu inquiétant, car le résultat final n'a pas été bon lors de mes trois dernières compétitions", ose-t-elle reconnaître. "J'ai à chaque fois connu au moins un jour sans, et ça je ne pourrai pas me le permettre aux Jeux."
En plus de Nathalie Brugger, la sélection olympique de voile sera composée de Flavio Marazzi et Enrico De Maria (Star), Richard Stauffacher (planche à voile RS:X) et du jeune duo Yannick Brauchli et Romuald Hausser en 470.

ATS