Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les candidats à l'immigration en Suisse ne devront pas obtenir des points comme au Canada, en Nouvelle-Zélande ou en Australie. Par 130 voix contre 49, le Conseil national a refusé mardi de donner suite à une initiative parlementaire de Lukas Reimann (UDC/SG).

Le St-Gallois proposait que les étrangers puissent venir s'établir en Suisse s'ils obtiennent un nombre minimal de points. Ceux-ci auraient été calculés sur la base des critères suivants: état du marché du travail, qualifications scolaires et professionnelles, connaissances linguistiques, santé, âge, aptitude à l'intégration ou garantie des moyens d'existence.

Sélection

Une telle sélection est dans l'intérêt de la Suisse. Cela permet de régler l'immigration en fonction des besoins et de mieux traiter les étrangers qui vont s'intégrer que ceux qui viennent pour abuser de l'aide sociale ou commettre des infractions, a affirmé Lukas Reimann.

Ce système pose plus de problèmes qu'il n'en règle, a critiqué Ada Marra (PS/VD) au nom de la commission. Ce n'est pas à l'Etat d'intervenir pour dire à l'économie qui elle doit engager ou non.

Un système à points ne serait en outre pas compatible avec l'accord sur la libre circulation des personnes de l'UE. Si des pays comme le Canada recourent à un tel système, ils aident aussi les immigrants à s'intégrer en leur proposant des cours de langues par exemple, a fait valoir la socialiste.

ATS