Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Seize ans de prison requis contre Francesco Schettino (archives)

KEYSTONE/EPA/MAURIZIO DEGL'INNOCENTI

(sda-ats)

La Cour de Cassation italienne a annoncé jeudi qu'elle prendra sa décision concernant le sort de Francesco Schettino, l'ex-commandant du Costa Concordia, à partir du 12 mai. Le naufrage du paquebot en janvier 2012 avait fait 32 morts.

Vincenzo Romis, président de la chambre pénale de la Cassation en charge de cette affaire, a annoncé que le dernier défenseur de M. Schettino parlerait ce jour-là, avant que la Cour ne rende son jugement. son jugement. Il n'était pas possible de savoir dans l'immédiat si la décision de la plus haute juridiction serait prononcée le jour même ou ultérieurement.

Le procureur auprès de la Cour de Cassation, Francesco Salzano, a demandé dans son réquisitoire de confirmer la culpabilité de M. Schettino. Il a cependant réclamé un renvoi devant une nouvelle cour d'appel car il a estimé que l'ex-commandant devait être condamné à une peine plus lourde que celle de 16 ans infligée, en raison de "circonstances aggravantes" qui devraient être prises en compte.

Le procureur a considéré en l'occurrence que M. Schettino était "conscient" de son comportement coupable et ne méritait pas les circonstances atténuantes dont il avait bénéficié dans de précédents procès.

Abandon de navire

La justice italienne avait confirmé le 31 mai en appel la condamnation à 16 ans de prison à l'encontre de l'ancien commandant du Costa Concordia. Il avait été condamné en 2015 pour homicides, abandon de navire et naufrage par les juges du tribunal de Grosseto (Toscane) où son procès en première instance s'était ouvert en 2013.

Il s'était vu infliger une peine de 16 ans et un mois de prison, alors que le parquet avait requis 26 ans de réclusion. En appel, le parquet avait réclamé 27 ans de prison et ses avocats l'acquittement.

Le Costa Concordia, qui naviguait trop près des côtes de l'île toscane de Giglio, avait heurté un rocher dans la nuit du 14 janvier 2012. Il s'était alors échoué sur des rochers à quelques dizaines de mètres du Giglio avec à son bord 4229 personnes, dont 3200 touristes. Trente-deux personnes avaient péri, dont deux n'ont jamais été retrouvées.

Son épave en partie immergée a ensuite été renflouée et transportée en juillet 2014 jusqu'au port de Gênes pour y être démantelée.

ATS