Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La société Costa Croisières, propriétaire du paquebot Costa Concordia qui a fait naufrage le 13 janvier au large de la Toscane, a négocié un accord de dédommagement avec des associations de consommateurs. Cet accord prévoit le versement de 14'000 euros par passager.

Costa Croisières versera 11'000 euros de dédommagement pour les biens perdus par les passagers et les souffrances psychologiques liées au naufrage, dont le bilan provisoire est de 16 morts et 16 disparus. S'y ajouteront environ 3000 euros de remboursement de frais (prix du billet, éventuels frais de transports ou médicaux).

L'indemnisation ne concerne pas les blessés dont les dossiers seront étudiés au cas par cas. En échange des 11'000 euros, les passagers renonceront à toute action judiciaire contre Costa Croisières.

Plainte collective

L'Adoc, une des associations de consommateurs italiens qui ont négocié l'accord, a estimé que 85% des passagers vont y adhérer.

Codacons, une association de consommateurs basée en Italie qui a refusé de participer aux négociations, a recommandé aux passagers de ne pas accepter cette proposition. L'association est en train de monter une action en plainte collective à Miami contre la société-mère de Costa, Carnival, premier croisiériste mondial, pour réclamer 125'000 euros par passager.

Passagers suisses

On ignore pour l'heure dans quelle mesure les 69 personnes venant de Suisse qui se trouvaient à bord du navire pourraient être indemnisées. Le voyagiste Kuoni procède avec ses clients à un examen individuel des coûts. Ce n'est qu'une fois cette facture établie que d'éventuelles revendications pourront être adressées à Costa, a déclaré à l'ats un porte-parole de Kuoni.

Selon une juriste de la Fédération romande des consommateurs (FRC) interrogée par l'ats, les 11'000 euros du dédommagement défini par l'accord correspondent aux "montants octroyés habituellement en Suisse pour tort moral", bien loin des sommes articulées aux Etats-Unis.

ATS