Toute l'actu en bref

Le renflouement était une demande clé des familles des victimes, présentes pour un hommage près de l'épave.

KEYSTONE/AP Yonhap

(sda-ats)

Les fragments d'os retrouvés par les équipes chargées de renflouer le ferry sud-coréen Sewol sont des os d'animaux, ont annoncé les autorités sud-coréennes, douchant les espoirs des proches de disparus de la tragédie. Ce naufrage avait fait 304 morts en 2014.

Le consortium chargé du renflouement est parvenu samedi à placer le ferry sud-coréen sur un bâtiment semi-submersible en vue de son transfert vers un port. Or c'est sur le pont de ce semi-submersible qu'ont été découverts six fragments d'os mesurant entre 4 et 18 centimètres de longueur, a annoncé mardi aux journalistes Lee Cheol-Jo, haut responsable des opérations de renflouement.

Les autorités avaient d'abord annoncé qu'il s'agissait de restes humains, ravivant l'espoir des proches des disparus. Mais les services médico-légaux ont déterminé que ces fragments provenaient en fait d'animaux, selon le ministère des Affaires maritimes. Des sources médico-légales citées par l'agence Yonhap pensent qu'il s'agit d'os de cochons.

Travail titanesque

Le Sewol, un navire de 6825 tonnes et 145 mètres de long, avait coulé le 16 avril 2014 au large de l'île de Jindo (sud-ouest), l'une des pires catastrophes maritimes de l'histoire de la Corée du Sud qui avait fait 304 morts, pour l'essentiel des lycéens. Il reposait depuis lors sur le flanc par 44 mètres de fond.

Les ingénieurs avaient débuté jeudi le travail titanesque consistant à remonter lentement l'épave vers la surface au moyen de 66 câbles tractés depuis deux grosses barges.

Le renflouement était une demande clé des familles des victimes, car les corps de neuf d'entre elles n'avaient jamais été retrouvés et leurs proches espéraient que les dépouilles soient toujours coincées dans l'épave.

ATS

 Toute l'actu en bref