Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Un garde-côte sud-coréen a été condamné mercredi à quatre ans de prison pour homicides involontaires à la suite du naufrage du ferry Sewol, dans lequel avaient péri 304 personnes. Il était également poursuivi pour avoir prétendu à tort qu'il avait diffusé par haut-parleurs des ordres d'évacuation.

Kim Kyung-Il, qui commandait le premier bateau de gardes-côtes arrivé sur les lieux du drame, a été jugé coupable de négligence professionnelle ayant provoqué la mort, a expliqué le greffe du tribunal de Gwangju (sud).

Les sauveteurs avaient perdu un temps précieux, retardant l'évacuation des passagers du Sewol en perdition. Le Sewol transportait 476 personnes lorsqu'il avait sombré au large de l'île méridionale de Jingo le 16 avril 2014. Sur les 304 victimes, 250 étaient des lycéens qui fréquentaient le même établissement.

Secours épinglés

Le capitaine du ferry Lee Joon-Seok a été condamné en novembre à 36 ans de réclusion pour plusieurs manquements graves à ses devoirs d'officier. Trois autres gradés ont été condamnés à des peines allant de 14 à 30 ans de réclusion.

L'instruction avait mis en évidence une combinaison de facteurs expliquant la catastrophe, de la surcharge du navire de 6825 tonnes à l'incompétence de l'équipage, en passant par des travaux d'agrandissement illégaux qui ont affaibli sa flottabilité. La lenteur des secours avait également été mise en cause, de même que leur manque de coordination.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS