Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Cent ans après le naufrage du Titanic, les commémorations se sont succédé des deux côtés de l'Atlantique. Sur le Journey, 440 passagers ont vécu dans la nuit de samedi à dimanche la reconstitution de la catastrophe à l'endroit même où l'épave repose par 3800 mètres de fond.

A la minute près, les haut-parleurs du bateau de croisière ont répété le message d'alerte du capitaine annonçant que le Titanic avait heurté un iceberg. Puis sont venus les textes des messages de détresse successifs, transmis en morse. Jusqu'au dernier, brouillé, qui s'est interrompu brusquement. Le Titanic s'est tu définitivement.

Un autre bateau de croisière, le Balmoral, qui retrace le voyage du Titanic depuis l'Angleterre, a rejoint le Journey dans la nuit. Les quelque 1300 passagers, parmi lesquels des descendants de victimes, et les centaines de membres d'équipage, ont observé deux minutes de silence.

Monument à Belfast

Trois gerbes ont été jetées du pont dans l'eau glacée au moment même où cent ans plus tôt le paquebot avait sombré, selon des images retransmises par la BBC. Les deux bateaux doivent gagner New York d'ici trois jours.

A Belfast, dont les chantiers navals ont été le berceau du Titanic, quelque 300 personnes étaient présentes dimanche à l'ouverture d'un parc dédiée à la mémoire des victimes du naufrage. Des hommes politiques et des familles des victimes ont assisté à l'inauguration d'un monument totalisant cinq plaques de bronze portant les noms de plus de 1500 morts.

A Halifax, capitale de la province canadienne de Nouvelle-Ecosse, le centenaire a rassemblé des milliers de personnes.

ATS