Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Irrités par les prix inchangés des magazines étrangers malgré la hausse du franc, les Suisses boudent ces publications dans les kiosques. Le groupe Naville Presse a invité leurs éditeurs à adapter leurs tarifs pour faire face à la diminution des ventes sur le marché helvétique.

Nous avons demandé "l'attention particulière des éditeurs" et leur avons dit "qu'une partie de l'érosion est liée au différentiel mal compris par le public entre le prix en euros et le prix suisse", a indiqué Naville Presse, confirmant une information du quotidien "Le Temps". Le fait que le prix en euros figure sur le magazine à côté du prix en francs attise le mécontentement des lecteurs.

Les éditeurs anglo-saxons ont été plus prompts à réagir que leurs homologues français. Les premiers ont adapté les prix de quelque 400 titres au mois de juillet, tandis que les trois plus gros éditeurs français de presse magazine (Lagardère, Mondadori et Prisma Presse) ont opté pour le statu quo après un test de baisse des prix jugé non-concluant en juin.

Sur l'assortiment des magazines proposés par un kiosque, plus de la moitié viennent de France et des pays anglo-saxons. La presse représente un tiers des recettes d'un kiosque, à côté des ventes de tabac, des activités de loterie et des ventes de confiserie, a précisé Naville Presse.

ATS