Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les Rockets sont à une victoire de retrouver une finale NBA qu'ils n'ont plus atteinte depuis leur dernier titre, en 1995.

Le Houston du toujours très précieux Clint Capela a battu 98-94 le champion sortant Golden State et mène désormais 3-2 dans la finale de la Conférence Ouest.

Pas sûr que l'on réalise vraiment, depuis la Suisse, ce qu'accomplit actuellement Capela. Décrit avant d'entrer dans ce duel contre les Warriors comme la variable d'ajustement des Rockets par Chris Paul, le Genevois se rend tout bonnement indispensable. Jeudi, il a quitté le parquet avec 12 points (5 sur 6 aux tirs), 14 rebonds et 2 contres en 26 minutes.

Mais, surtout, le pivot a une fois de plus abattu un travail défensif considérable, coupant bon nombre d'actions des Warriors. L'apport de Capela ne cesse d'être relevé ces dernières semaines - "Quand Clint ne joue pas, nous avons des problèmes", avait par exemple déclaré Paul -, et le Houston Chronicle, qui a considéré que le Genevois avait tenu un rôle central dans ce troisième succès, a même publié un portrait du no 15 jeudi soir sur son site.

"Notre défense a encore fait la différence", a pour sa part analysé James Harden. "Il ne faut pas changer notre manière de jouer, même si chaque match est différent", a continué celui qui a connu une soirée extrêmement laborieuse avec un très vilain 5/21 aux tirs (!), dont un 0/11 à trois points (!), pour un total de 19 points.

Chris Paul a fait un peu mieux (20) mais a lui aussi connu une entame de partie calamiteuse (0/7 en première mi-temps !). L'arrière, touché à la cuisse, a toutefois dû quitter le parquet dans les derniers instants de la partie. On ne sait rien encore de la nature de cette blessure.

Le meilleur marqueur de Houston a finalement été Eric Gordon (24), lequel a notamment entré les deux lancers francs qui ont clos le score au cours d'une fin de match qui peut rester en travers de la gorge de Golden State. Revenus à deux longueurs (96-94) avec la possession et 6''7 à jouer, les Warriors ont galvaudé leur ultime occasion quand Draymond Green n'a pas réussi à contrôler la passe de Stephen Curry (22 points).

Le leader du champion sortant a été Kevin Durant (29), très impressionnant jeudi tandis qu'il avait visiblement envie de soigner l'esthétique du geste en enchaînant les dribbles. Reste que les Warriors sont en grand danger, eux qui ont monopolisé la place dévolue à l'Ouest en finale NBA ces trois dernières années.

Mais Golden State s'était déjà retrouvé au bord du précipice face au Thunder de... Durant qui, en 2016, menait 3-1 avant de perdre trois fois consécutivement. A Houston de conclure, soit samedi à Oakland, soit lundi dans son Texas chéri.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS