Les députés neuchâtelois ont accepté mercredi par 58 oui, 49 non et quatre abstentions un postulat des Verts voulant taxer les propriétaires de parkings pour améliorer les transports publics. La droite du parlement et le Conseil d'Etat y étaient fermement opposés.

Le postulat précise que le Conseil d’État définit quels sont les propriétaires, les entreprises ou les commerces qui sont concernés selon leur taille, leur usage ou leur localisation. L'émolument se monterait à 30 francs par mois par place ou à 1 franc par mouvement.

"Dans notre canton, la mobilité motorisée individuelle ne cesse d’augmenter, alors que le nombre de kilomètres parcourus en transports publics diminue depuis trois ans", a expliqué le Vert Laurent Debrot. Il faut donc améliorer le report modal vers les transports publics et la mobilité douce.

Le Vert a rappelé que les députés ont accepté une motion des jeunes sur le climat qui prévoit d'arriver à un objectif de gaz à effet de serre nulle d'ici 2030, soit dans 10 ans. La taxe sur les parkings ne concernerait pas le logement principal de l'usager mais les parkings collectifs et les places avec ou sans parcomètre.

Améliorer l'offre

Le Conseil d'Etat était opposé à ce postulat. "La suppression de la gratuité des parkings dans les centres d'achat est déjà prévue dans le plan cantonal", a déclaré Laurent Favre.

Le chef du Département du développement territorial et de l'environnement a ajouté que ce postulat "chargera la classe moyenne et les usagers captifs des régions périphériques". Ce texte "loupe la cible".

Pour le conseiller d'Etat, pour favoriser le report modal, il faut améliorer l'offre. Ce sera le cas avec la ligne directe ferroviaire en 2032-2035 entre Neuchâtel et Le Locle. Laurent Favre a noté que la cadence à la demi-heure entre La Chaux-de-Fonds et Neuchâtel a déjà permis une hausse de 27% du nombre d'usagers.

Menace de référendum

La droite du parlement était fermement opposée à ce postulat. Le PLR et les milieux économiques lanceront un référendum si ce postulat aboutit à un projet de loi qui "touchera encore plus le porte-monnaie du contribuable". Une telle taxe serait rejetée par la population neuchâteloise, a ajouté le conseiller d'Etat.

Selon le député PLR, Stéphane Rosselet, "cette taxe favoriserait encore plus le tourisme d'achat". Pour le PLR Matthieu Aubert, "cette mesure est économiquement catastrophique. Autant dire aux entreprises qu'elles ne sont plus les bienvenues dans le canton".

Pour l'UDC Niels Rosselet-Christ, "cette taxe est injuste, arbitraire et anti-sociale. C'est de l'acharnement et pas de l'écologie incitative".

Cette thématique va revenir sur le devant de la scène à Neuchâtel. La population devra voter sur une initiative sur la gratuité des transports publics, qui a été déposée. Le Conseil d'Etat ne l'a pas encore traitée. L'initiative évoque déjà des pistes de financement, en particulier la suppression des déductions fiscales pour frais de déplacement.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.