Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Un point contre Bâle et une Maladière pleine: les Xamaxiens étaient ravis après le match nul 1-1 samedi contre le FCB lors de la 2e journée de Super League.

"Ce n'est pas toutes les semaines que nous jouons devant 12'000 spectateurs", a relevé Raphaël Nuzzolo, le buteur d'une égalisation arrachée à la 86e minute. "C'est ma 13e saison avec Xamax et cela doit être la deuxième ou troisième fois que je joue dans une Maladière complètement remplie. Les nouveaux pensent peut-être que c'est normal, mais de mon côté, je sais ce que cela signifie", a relevé l'attaquant emblématique du club.

"Nous avons rempli le stade, mais aussi démontré une belle jouerie. Et même si Bâle connaît une mauvaise passe, nous sommes fiers d'avoir pu accrocher une équipe de ce calibre", a renchéri son gardien Laurent Walthert. "Leur premier but nous a fait mal. Mais cela fait partie de l'ADN de Xamax de se battre jusqu'au bout", a-t-il noté.

Vainqueurs en ouverture de championnat à Lucerne (2-0), les rouge et noir affichent un bilan de quatre points après deux journées. "J'aurais immédiatement signé pour ça", a reconnu l'entraîneur Michel Decastel. "J'ai une pointe de regret quand je repense aux deux grosses occasions de la fin de match. Mais sur l'ensemble de la rencontre, je dois reconnaître que ce nul est équitable", a-t-il ajouté.

Xamax ne veut toutefois pas s'enflammer après ce début de championnat. "Il faut rester humble, ne surtout pas penser que tout va toujours nous sourire", a prévenu Laurent Walthert. "Nous n'avons livré que deux batailles, il nous en reste 34", a imagé Raphaël Nuzzolo. "Nous avons aussi tous en mémoire l'exemple de Lausanne, très bien parti la saison dernière et relégué malgré tout", a-t-il rappelé.

Première compliquée pour Frei

Même Alex Frei, l'entraîneur intérimaire de Bâle, a mis en garde contre tout excès d'optimisme. "Xamax surfe encore sur l'euphorie de sa dernière saison en Challenge League. Sa dynamique est excellente. Mais ce n'est qu'après 10 ou 15 matches que l'on pourra tirer des conclusions", a-t-il relevé.

Appelé à la rescousse jeudi pour remplacer Raphaël Wicky, Alex Frei a reconnu que la situation était actuellement "difficile" pour le club. "Nous avons toutefois montré de belles choses. Et malgré les circonstances, les joueurs ont fait preuve d'un grand professionnalisme", a-t-il estimé à l'issue de sa première rencontre d'entraîneur parmi l'élite.

L'ancien attaquant de l'équipe de Suisse, qui n'a pas les diplômes nécessaires, ne va pas toutefois pas rester à la tête de Bâle. "Je serai encore là quelques jours, mais ensuite cela sera à un autre de jouer", a-t-il dit.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Sondage Suisses de l'étranger

Sondage: clavier et main close up

Suisses de l’étranger, donnez-nous votre avis

Meinungsumfrage

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS