Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Nespresso a investi 300 millions de francs pour son usine à Romont, mais les objectifs en termes d'effectifs ne sont pas encore atteints, s'impatientent des députés au Grand Conseil fribourgeois (archives).

KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT

(sda-ats)

Un an après sa mise en service, le site Nespresso de Romont (FR) emploie 139 collaborateurs. L'effectif est bien loin des 400 emplois que l'entreprise avait annoncé vouloir créer d'ici à fin 2016. De quoi susciter l'impatience des Fribourgeois.

Mi-mars, les députés socialistes Xavier Ganioz et Nicole Lehner-Gigon ont interpellé le Conseil d'Etat fribourgeois sur le décalage entre la réalité et les promesses faites en 2012. Ils ont demandé au gouvernement s'il comptait diminuer les allégements fiscaux accordés à la filiale du géant alimentaire vaudois Nestlé.

Dans sa réponse donnée fin mai, le Conseil d'Etat ne pipe mot sur l'ampleur de ces allégements, secret fiscal oblige. Concernant la croissance de l'effectif moins rapide que prévu, il rapporte l'explication fournie par les responsables de Nespresso: d'importantes améliorations techniques ont accru la productivité.

4e ligne de production

"Le développement des affaires (en particulier sur un marché américain en progression), ainsi que les évolutions matérielles, détermineront le rythme exact de la croissance des emplois." Dans l'immédiat, une quatrième ligne de production sera fonctionnelle en juillet, avec à la clé l'engagement de dix personnes.

L'exécutif cantonal souligne que les retombées positives de la nouvelle usine ne se limitent pas aux emplois directs. Le site abrite au total 171 employés, en comptant les 32 personnes qui y travaillent pour d'autres entreprises (réception, restauration, sécurité, nettoyage). Plus de la moitié habitent dans le canton de Fribourg, et 36% dans le canton de Vaud.

Nespresso a investi 300 millions de francs pour cette usine. Plus de 25 entreprises locales ont participé à la construction du bâtiment, se partageant des contrats totalisant 90 millions de francs.

Les députés ont aussi demandé pourquoi Nespresso n'a pas offert à la commune de Romont une aide pour son développement comme elle l'avait fait pour Avenches (500'000 francs). Le Conseil d'Etat répond que l'entreprise soutient deux crèches du district, et qu'elle a aussi soutenu cette année le Comptoir de Romont et la Bénichon, notamment.

ATS