Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Nestlé rachète les activités de nutrition pour bébés de l'américain Pfizer, confirmant les rumeurs insistantes du marché. Le numéro un mondial de l'alimentation déboursera 11,85 milliards de dollars (près de 11 milliards de francs) pour renforcer sa position dans ce secteur.

Pfizer Nutrition est une excellente combinaison stratégique pour Nestlé, a indiqué lundi le patron du groupe veveysan Paul Bulcke. "Cette stratégie souligne notre engagement à être la première entreprise de nutrition, de santé et de bien-être", a-t-il ajouté. L'opération doit encore recevoir l'aval des autorités de la concurrence.

Spécialisé dans les laits infantiles et les compléments maternels, Pfizer Nutrition devrait réaliser 2,4 milliards de dollars de chiffre d'affaires en 2012, selon Nestlé. L'année dernière, les ventes avaient atteint 2,1 milliards de dollars.

Fort potentiel

Le spécialiste des activités de nutrition infantile de Pfizer réalise actuellement 85% de ses ventes dans les marchés émergents, et par là principalement dans des pays à forte croissance démographique, a remarqué Nestlé.

Le géant vaudois de l'alimentaire intégrera les marques de Pfizer à son portefeuille existant, aux côtés de marques comme Gerber, Lactogen ou Cerelac. Ce rachat "contribuera de manière positive au modèle Nestlé à la fois pour la croissance et les marges".

Plus-values

De son côté, Pfizer estime que cette vente permettra de générer d'importantes plus-values pour ses actionnaires. Le désinvestissement devrait être effectif au 1er semestre 2013. Tous les employés de Pfizer Nutrition - présent dans près de 60 pays - seront transférés chez Nestlé, a indiqué le groupe américain.

Ce rachat confirme les rumeurs qui circulaient sur le marché depuis plusieurs semaines. Les observateurs estimaient le prix d'achat à plus de 9 milliards de dollars. Nestlé dispose d'importantes liquidités pour effectuer de telles emplettes, depuis la vente en 2010 d'Alcon à Novartis pour près de 52 milliards de dollars.

ATS