Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le premier ministre israélien Benjamin Netanyahou et le ministre de la Défense Ehud Barak ont donné en 2010 ordre à l'armée de préparer une attaque contre des installations nucléaires iraniennes. Mais elle a finalement été annulée, a indiqué dimanche une télévision israélienne.

Selon la deuxième chaîne de télévision privée, la "2", cet ordre n'a pas été appliqué en raison de l'opposition du chef d'état-major de l'époque, le général Gaby Ashkenazi, et du chef du Mossad en poste Meïr Dagan.

A la fin d'une réunion rassemblant le "Forum des sept", une instance regroupant les sept plus importants ministres et à laquelle participaient le général Ashkenazi et Meïr Daga, M. Netanyahou a ordonné d'élever le niveau de préparation de l'armée à "P plus". Ce code signifie que les militaires doivent être prêts à passer à l'action.

Mais Meïr Dagan s'est opposé à cette initiative, selon la télévision. Le chef d'état-major a pour sa part exprimé la crainte que l'élévation du niveau d'alerte risquait de "créer de nouveaux faits sur le terrain", a ajouté la "2".

Armée pas prête

M. Barak, interviewé par la chaîne, a affirmé que le chef d'état-major avait répondu à M. Netanyahou que l'armée n'était pas prête car elle ne disposait pas des moyens opérationnels de mener une attaque contre l'Iran. Selon M. Barak, la décision d'élever le niveau d'alerte "ne signifiait pas nécessairement une guerre". Finalement, le projet d'attaque a été abandonné.

Le site Internet du quotidien Haaretz a pour sa part rapporté que le général Ashkenazi, après avoir quitté ses fonctions, avait affirmé à des proches que l'armée était prête pour une attaque mais qu'il était convaincu qu'une telle option constituerait une "erreur stratégique". Meïr Dagan, après avoir quitté le Mossad, a publiquement qualifié de "stupide" l'idée d'une attaque contre l'Iran.

Le programme nucléaire iranien inquiète Israël et les pays occidentaux qui redoutent malgré les démentis de Téhéran qu'il dissimule un volet militaire, ce que l'Etat hébreu considère comme une menace pour sa propre existence. Israël n'a jamais reconnu posséder des armes atomiques, mais les experts estiment que l'Etat hébreu possède au moins 200 ogives nucléaires.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Sondage Suisses de l'étranger

Sondage: clavier et main close up

Suisses de l’étranger, donnez-nous votre avis

Meinungsumfrage

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS