Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La Ville de Neuchâtel a déplacé lundi de quelques centaines de mètres une crèche qui se trouvait sous le sapin de Noël de l'Hôtel de Ville. Le retrait des sculptures de Jésus, Marie et Joseph la semaine passée a suscité un tollé général.

Le Conseil communal juge que la crèche est désormais à sa juste place devant un bâtiment religieux en zone piétonne: le Temple du Bas, premier temple construit par la communauté réformée en 1796. Et d'ajouter qu'elle y est mieux mise en valeur que sur un parking, dont le traditionnel sapin décoré vise simplement à apporter quelques lumières pour les Fêtes de fin d'année.

Dans un communiqué, l'exécutif déplore la polémique des derniers jours et exprime ses profonds regrets à toutes les personnes qui ont pu se sentir offensées ou touchées dans leurs convictions. Elle souligne qu'elle n’a jamais voulu interdire l'installation d'une crèche sur le domaine public, et rappelle qu'une crèche vivante est prévue les 19 et 20 décembre sur une autre place du centre-ville.

La présence d'une crèche sous le sapin de l'Hôtel de Ville n'était pas du tout une habitude. Il n'y en avait pas les années précédentes.

Avalanche de réactions moqueuses

Ces sculptures en bois sont l'oeuvre d'un bûcheron neuchâtelois, à l'occasion d'une visite du Conseil fédéral l'an passé. Cette année, un service de la ville a eu l'idée de les placer vers le sapin pour les mettre en valeur, mais il n'en a pas informé le Conseil communal. Mis au courant, l'exécutif a retiré les personnages jeudi.

Résultat: une avalanche de réactions moqueuses ou courroucées, sur internet et auprès des médias régionaux. Et des politiciens se sont jetés dans la mêlée, menaçant même de lancer une pétition en faveur du rétablissement de la crèche.

L'Eglise catholique romaine s'est aussi étonnée du retrait, jugeant que la Ville se focalise sur les paillettes de la fête plutôt que sur son sens profond. Vendredi, elle a regretté que "malgré des siècles d'histoire et d'évolution des mentalités, il soit plus acceptable de mettre en avant un consumérisme vide de valeur" plutôt que l'amour du prochain et la solidarité envers les démunis.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS