Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le Conseil d'Etat neuchâtelois, au complet, a rappelé lundi que le canton avait les moyens de réaliser le TransRun. Selon lui, l'avenir du canton va se jouer lors de la votation du 23 septembre, car il n'y a pas de plan B.

"Il est possible financièrement de se payer le RER", a martelé le président du gouvernement Philippe Gnaegi. "Il ne s'agit pas d'un sacrifice mais d'un investissement économique rentable", a ajouté le conseiller d'Etat.

Pour le Conseil d'Etat, un "non" le 23 septembre se traduirait par une marginalisation de Neuchâtel par rapport aux autres cantons de Suisse. Le conseiller d'Etat Claude Nicati a expliqué qu'en cas de refus, ce serait la stupéfaction des partenaires de l'Etat et des cantons voisins.

Lors de cette ultime conférence de presse sur le TransRun-RER, le Conseil d'Etat s'est employé à rassurer les citoyens inquiets des coûts du projet. "Il n'y aura pas d'augmentation des coûts de fonctionnement et il n'y aura aucune surprise", a affirmé M. Nicati qualifiant de "pétard mouillé" les déclarations de quatre députés soupçonnant l'exécutif de cacher des documents sur le financement.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS