Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les enfants non accompagnés payent leur traversée en travaillant au cours de leur périple (image symbolique).

KEYSTONE/AP/LEFTERIS PITARAKIS

(sda-ats)

Neuf enfants sur dix arrivés en Europe cette année par l'Italie avec les réfugiés et les migrants ne sont pas accompagnés, a révélé l'Unicef. Le Fonds des Nations unies pour l'enfance souligne que leur nombre a doublé par rapport à l'an dernier.

"La raison pour laquelle nous assistons à cette augmentation n'est pas claire à ce stade et une analyse plus approfondie est nécessaire", a déclaré la porte-parole de l'agence Sarah Crowe, lors d'un point de presse à Genève.

Au cours des cinq premiers mois de 2016, 7009 enfants non accompagnés ont effectué la traversée d'Afrique du Nord vers l'Italie, précise l'Unicef dans un rapport intitulé "Des dangers à chaque pas" publié mardi. Ces enfants non accompagnés payent leur traversée en travaillant au cours de leur périple. Ils sont alors exposés à des risques de violence et d'exploitation sexuelle.

Des travailleurs sociaux italiens ont rapporté à l'Unicef que des filles et des garçons ont été victimes de violences sexuelles et forcés de se prostituer en Libye. Toujours selon ce rapport, certaines des filles victimes de viols étaient enceintes quand elles sont arrivées en Italie.

"Situation désespérée"

"C'est une situation désespérée couverte par le silence - loin de nos yeux, donc ignorée", déplore Marie-Pierre Poirier, coordinatrice spéciale de l'Unicef pour la crise des réfugiés et des migrants en Europe.

"Ce sont des dizaines de milliers d'enfants qui sont en danger chaque jour et des centaines de milliers d'autres qui sont prêts à tout risquer. Nous devons d'urgence protéger ces enfants contre toutes sortes de mauvais traitements et d'exploitation par ceux qui profitent de la situation pour exploiter leurs rêves", ajoute-t-elle.

L'Unicef avertit qu'avec l'arrivée de l'été, le nombre d'enfants qui empruntent seuls l'itinéraire de la Méditerranée centrale risque d'augmenter. L'agence de l'ONU rappelle qu'il y a actuellement 235'000 migrants présents en Libye, dont des dizaines de milliers d'enfants non accompagnés.

"Tous les pays - ceux que ces enfants quittent, ceux qu'ils traversent et ceux où ils cherchent asile - ont l'obligation de mettre en place des dispositifs de protection centrés sur les risques qu'encourent les enfants non accompagnés", demande Mme Poirier dans ce rapport.

Appel à l'identification des morts

Depuis le 1er janvier, 2859 personnes sont mortes en Méditerranée, dont un grand nombre d'enfants. Pour toute l'année 2015, ce chiffre était de 3770, selon l'Organisation internationale des migrations (OIM).

Au cours des 20 dernières années, ce sont plus de 55'000 migrants qui sont morts en tentant d'atteindre un pays tiers. Leurs familles ont rarement été averties de leur sort, a par ailleurs déclaré mardi l'OIM.

L'organisation appelle donc les autorités à faire en sorte que ceux, qui sont portés disparus, soient identifiés et que leurs familles soient contactées. Elle préconise aussi la création de banques de données internationales et régionales.

ATS