Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Neuf morts dans une attaque attribuée à l'EI en Libye

Cette attaque, qui n'a pas été revendiquée dans l'immédiat, est la deuxième en moins d'un mois contre des forces loyales au maréchal Haftar (archives).

KEYSTONE/EPA REUTERS POOL/PHILIPPE WOJAZER / POOL

(sda-ats)

Au moins neuf membres des services de sécurité ont été tués vendredi à Tazerbo, à 1500 km au sud-est de Tripoli, selon un haut responsable de ces services. L'attaque est attribuée au groupe Etat islamique (EI).

Onze autres personnes, dont des civils et un chef des services de sécurité, ont été "enlevées" par les membres du groupe, qui ont attaqué un commissariat de police, a ajouté le responsable, sous couvert de l'anonymat.

La région de Tazerbo est contrôlée par les forces du maréchal Khalifa Haftar, homme fort de l'est libyen, qui dirige l'autoproclamée Armée nationale libyenne (ANL). Cette attaque, qui n'a pas été revendiquée dans l'immédiat, est la deuxième en moins d'un mois contre des forces loyales au maréchal Haftar.

La première, revendiquée par l'EI, avait fait au moins cinq morts le 29 octobre dans la région d'al-Joufra (centre). Cette région est régulièrement le théâtre d'attaques attribuées à des djihadistes. La précédente attaque revendiquée par l'EI, en août 2017, avait fait 11 morts, dont neuf membres de l'ANL.

Repaire de djihadistes

Déchirée par des luttes de pouvoir et minée par une insécurité chronique, la Libye était devenue un repaire pour les djihadistes après la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011.

L'EI avait profité du chaos pour s'implanter dans la ville côtière de Syrte en juin 2015, mais les forces loyales au gouvernement d'union nationale (GNA), soutenu par l'ONU et basé à Tripoli, ont repris le contrôle de la cité en décembre 2016, après huit mois de combats meurtriers.

Depuis, plusieurs djihadistes se sont repliés vers le désert, d'où ils tentent de se réorganiser. Le 11 septembre, l'EI a revendiqué une attaque suicide commise contre le siège de la Compagnie nationale libyenne de pétrole (NOC), au coeur de Tripoli, qui a fait deux morts et dix blessés.

Quatre mois plus tôt, le groupe avait également revendiqué un attentat contre la Haute commission électorale à Tripoli, qui avait fait 14 morts.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.