Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le gouverneur de l'Etat de New York Andrew Cuomo a ratifié lundi la loi portant le salaire minimum à quinze dollars de l'heure et instaurant un congé maternité payé. Cette réforme a été saluée par le président Barack Obama.

Le texte fera passer graduellement le salaire minimum de 9 dollars actuellement (contre 7,25 au niveau national) à 15 dollars selon des mécanismes différents en fonction des entreprises et des régions de l'Etat. La ratification intervient le même jour que celle d'une loi portant également le revenu minimum horaire à quinze dollars en Californie.

Depuis un peu moins d'un an, Andrew Cuomo avait fait de ce thème l'un de ses chevaux de bataille. Le texte comprend également l'introduction d'un congé maternité payé de douze semaines, qui sera rémunéré à hauteur des deux tiers du salaire de base (dans la limite des deux tiers du salaire moyen dans l'Etat). La loi fédérale prévoit un congé maternité de douze semaines, mais sans solde.

L'Etat de New York va ainsi devenir le quatrième Etat à se doter d'un congé maternité payé, après la Californie, le Rhode Island et le New Jersey. Il va beaucoup plus loin que ces trois Etats, dont aucun ne propose plus de six semaines et 60% du salaire de base.

Obama applaudit

"Personne ne devrait avoir à choisir entre perdre un salaire et s'occuper de sa famille. J'applaudis (Andrew Cuomo) pour avoir fait un grand pas pour le congé maternité payé", a commenté Barack Obama sur Twitter.

"Le Congrès doit maintenant agir pour relever le salaire minimum au niveau fédéral et élargir l'accès au congé maternité payé à tous les Américains", a exhorté le président, dans un communiqué, rappelant qu'il avait appelé à la hausse du revenu minimum national dès 2013.

"New York montre le chemin sur la voie de la justice économique", s'est félicité le gouverneur Andrew Cuomo, dans un communiqué, avant de se rendre à un rassemblement célébrant l'adoption du texte, auquel a assisté Hillary Clinton. Bernie Sanders, l'autre candidat à la primaire démocrate, a également salué dans un communiqué la ratification de la loi, réclamant la généralisation des deux mesures à l'ensemble du pays.

ATS