Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Nicolas Sarkozy a été entendu vendredi dernier dans l'affaire Bygmalion, a-t-on appris lundi à Paris de source judiciaire. Le président des Républicains était convoqué dans le cadre d'une audition libre, précise le quotidien Le Monde, qui a révélé l'information.

L'ex-chef de l'Etat français a été entendu par des policiers chargés de la lutte anti-corruption. Les investigations de la justice portent sur un système de fausses factures mis en place pour imputer à l'UMP plus de 18 millions d'euros de dépenses qui auraient dû figurer dans les comptes de campagne de Nicolas Sarkozy.

Ce montant est colossal au regard du plafond de 22,5 millions fixé par la loi et qui avait quand même été dépassé. Les fausses factures correspondaient à des conventions politiques de l'UMP, payées par le parti, mais dont la plupart n'ont jamais eu lieu.

A ce stade, personne n'a mis en cause personnellement Nicolas Sarkozy dans l'affaire Bygmalion. L'audition de l'ancien chef de l'Etat (2007-2012) est la première dans cette affaire.

Au total, treize personnes sont mises en examen dans le cadre de cette enquête, dont quatre anciens responsables de la campagne de M. Sarkozy. En outre, trois anciens cadres du principal parti de droite, alors appelé UMP, ont aussi été mis en examen ainsi que quatre anciens cadres de l'agence de communication Bygmalion.

Prochaine présidentielle

L'enquête des juges, initialement ouverte pour faux, usage de faux, abus de confiance, tentative d'escroquerie et complicité et recel de ces délits, a été étendue fin novembre au délit de financement illégal de campagne électorale.

M. Sarkozy est revenu en politique fin 2014 avec pour objectif de prendre sa revanche sur François Hollande à la prochaine présidentielle de 2017. Cette affaire Bygmalion et d'autres dossiers judiciaires dans lesquels son nom est cité pourraient lui en barrer le chemin.

ATS