Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le président français Nicolas Sarkozy, candidat à sa succession, a été chahuté jeudi lors d'un déplacement à Bayonne, dans le pays Basque français. Des manifestants l'ont conspué jusqu'à un bar où il était attendu pour une réunion.

Une foule compacte s'est alors formée devant le bar, contre lequel des jeunes manifestants ont lancé des oeufs, et des policiers ont été appelés en renfort pour permettre à M. Sarkozy de sortir de l'établissement.

"Nicolas dégage!"

Auparavant, au milieu d'une foule de partisans criant "Nicolas! Nicolas!" et de nombreux opposants criant "Nicolas kampora!" ("Nicolas dégage!", en langue basque), le président-candidat s'était difficilement frayé un passage dans les rues étroites du centre historique de Bayonne, sous une pluie de tracts de Batera, un collectif réclamant un statut spécial pour le Pays basque.

M. Sarkozy a alors pénétré dans le bar, devenu la cible de jeunes hostiles au chef de l'Etat qui ont lancé des oeufs en sa direction.

Des militants socialistes, dont certains brandissaient le programme du candidat de leur parti, François Hollande, étaient aussi présents, sans participer à ces débordements.

"Des comportements de voyous"

A l'intérieur du café, le président a dénoncé devant les journalistes qui l'entouraient "la violence d'une minorité et leur comportement inadmissible", et regretté que "des militants socialistes s'allient avec des indépendantistes basques".

M. Sarkozy, attendu dans la soirée à Bruxelles pour un sommet européen, a aussi évoqué des "comportements de voyous".

Sa porte-parole, Nathalie Kosciusko-Morizet, a de son côté accusé les socialistes d'avoir organisé des "manifestations de rue" contre le président-candidat.

ATS