Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le chef d'Etat français Nicolas Sarkozy a assuré jeudi qu'il arrêterait définitivement la politique en cas de défaite à la présidentielle 2012. Le candidat socialiste François Hollande entend lui continuer à effectuer son "travail" auprès de ses concitoyens.

"Faites-moi confiance ou je quitte la politique", a déclaré en substance sur RMC et BFMTV Nicolas Sarkozy aux Français, à 45 jours du premier tour de l'élection présidentielle. Il reste distancé par son rival socialiste dans les sondages.

Le président sortant, 57 ans, a précisé qu'il ne se plaçait pas dans la perspective d'une défaite et qu'il se battrait "de toutes ses forces" pour obtenir un second mandat, "protéger" les Français et "construire une France forte".

Contre-pied

"C'est un enjeu considérable pour la France", a-t-il expliqué. "Je m'inquiète de voir le programme du candidat socialiste, qui ne prévoit aucune économie, et je m'inquiète de cette grande inexpérience dans une période si troublée." M. Sarkozy a ajouté qu'il ferait "autre chose" que de la politique en cas de défaite le 6 mai, mais ne sait pas encore quoi.

Interrogé sur les propos du président-candidat, François Hollande, dont la carrière politique est presque aussi longue que celle de Nicolas Sarkozy, a pris le contre-pied du chef de l'Etat sortant. "En ce qui me concerne, ma vie est dans le service de mes concitoyens et je continuerai d'une autre façon, si je ne suis pas élu, à effectuer mon travail auprès de mes concitoyens."

ATS