Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Paris - Pressé de s'expliquer, Nicolas Sarkozy exclut tout remaniement ministériel immédiat alors que le scandale politico-fiscal Bettencourt ne cesse de faire des vagues. Le camp du président français a contre-attaqué mercredi, accusant la gauche de faire le jeu de l'extrême droite et la presse de "méthodes fascistes".
"Notre priorité politique ce n'est pas le remaniement", a affirmé mercredi le Premier ministre François Fillon. "Nous n'ajouterons pas à la crise économique et financière une crise politique. Nous ne cèderons pas à l'agitation".
Devant les rebondissements qui se succèdent et l'annonce mercredi que la justice cherche à vérifier des allégations de financement politique illégal, le pouvoir veut temporiser alors que l'opposition mais aussi certains membres de la majorité, comme l'ex-Premier ministre Alain Juppé, ont plaidé pour un "profond remaniement".
Confronté à une série de scandales, le chef de l'Etat a en outre déjà sacrifié dimanche deux ministres de second plan, suspects d'utilisation abusive des deniers publics. Il ne semble de même pas enclin à s'exprimer rapidement alors qu'il a été mis en cause mardi pour la première fois personnellement.
"Maître de son calendrier"
Nicolas Sarkozy est "maître de son calendrier", a jugé François Fillon "parce qu'il incarne l'autorité de la République et cette autorité exige de ne pas céder aux intimidations et aux humeurs du jour".
Mis en cause pour ses liens avec l'une des premières fortunes de France Liliane Bettencourt, le ministre du Travail Eric Woerth est accusé par l'ex-comptable de la milliardaire d'avoir reçu, en tant que trésorier du parti majoritaire UMP, 150.000 euros en liquide en mars 2007 pour financer la campagne de Nicolas Sarkozy.
Dans une interview au site Médiapart, celle-ci a assuré lundi que M. Sarkozy avait reçu également des "enveloppes" d'argent par le passé de la part de la famille Bettencourt, héritière du groupe de cosmétiques L'Oréal.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS