Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Cinq humanitaires nigériens enlevés dans le sud-est du Niger par des hommes armés ont été libérés samedi. En revanche, leur compagnon tchadien est mort des suites de ses blessures. Le rapt a été attribué par un ex-otage au groupe islamiste Mujao présent dans le nord du Mali.

Après leur enlèvement le 14 octobre à Dakoro, les otages avaient été localisés dans le nord du Niger, puis on était resté sans nouvelles d'eux malgré la traque menée par les forces de sécurité nigériennes. La rumeur courait qu'ils avaient été kidnappés par le Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao), qui contrôle le nord du Mali voisin avec les islamistes d'Ansar Dine et d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi).

Les cinq Nigériens "ont été libérés aujourd'hui (samedi) et se trouvent actuellement au Niger", mais leur collègue tchadien Aimé Soulembaye est "décédé suite à ses blessures", ont annoncé les ONG nigérienne Befen (Bien-être de la femme et de l'enfant au Niger) et tchadienne Alerte-Santé dans un communiqué.

Ces organisations, qui viennent en aide aux enfants atteints de malnutrition et de paludisme au Niger, se disent "soulagées d'apprendre la libération" des otages et remercient ceux qui y ont aidé. Elles expriment leur "profonde tristesse" après le décès de l'humanitaire tchadien "blessé par balle par les ravisseurs" lors du rapt.

En bonne santé

Selon une source sécuritaire malienne contactée depuis Bamako, "les cinq Nigériens pris en otage ont été libérés à la frontière entre le Mali et le Niger". "Ils se portent bien", a indiqué une source sécuritaire nigérienne.

"Notre ami tchadien est mort à cause de ses blessures. Il était vraiment malade. On nous a laissés non loin de la frontière, et nous avons marché", a raconté un ex-otage nigérien, sans en dire davantage sur les conditions de la libération.

Concernant l'identité des ravisseurs, il a affirmé: "ce sont les gens du Mujao qui nous ont enlevés. Ils croyaient qu'il y a avait un Blanc parmi nous".

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.








Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS