Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Au moins trente personnes ont été tuées lundi sur un marché de Maiduguri, dans le nord-est du Nigeria. Un commando armé soupçonné d'appartenir au groupe islamiste Boko Haram a soudain ouvert le feu et lancé des explosifs dans la foule, a indiqué à l'AFP une source hospitalière.

L'armée nigériane a quant à elle abattu "huit insurgés islamistes", a déclaré le lieutenant-colonel Hassan Mohammed au téléphone. "Les membres de la secte ont été pris dans une fusillade." Trois bombes télécommandées ont également été désactivées, a-t-il ajouté.

"Il y a au moins trente morts", a affirmé à l'AFP une infirmière de l'hôpital de Maiduguri, le berceau du groupe islamiste Boko Haram. Elle n'a pas pu donner de chiffre précis, expliquant que les corps amenés par des militaires à l'hôpital étaient rapidement emportés par des parents pour les enterrer selon la tradition musulmane.

Selon des commerçants des dizaines de personnes auraient été tuées dans le secteur de vente des poissons du marché, l'un des principaux de la ville, lorsque six hommes ont tiré dans la foule à l'aveuglette.

Fusillade avec l'armée

La semaine dernière des commerçants avaient maîtrisé un homme armé soupçonné d'être membre de Boko Haram et l'avant remis à l'armée.

Le 13 février dernier, douze membres présumés de Boko Haram avaient été tués à Maiduguri lors d'une fusillade avec l'armée.

Les islamistes radicaux de Boko Haram, qui veulent restaurer le califat islamique et imposer la charia au Nigeria, le pays le plus peuplé d'Afrique avec 160 millions d'habitants, ont intensifié leurs attaques ces dernières semaines.

ATS